UFC-Que Choisir de la Drôme

Assurances

Assurance décès DIAC

« Monsieur C… avait souscrit en janvier 2016 une assurance décès auprès de la DIAC pour un emprunt Auto. Il décède en avril 2017.La DIAC refuse de solder le prêt et continue de prélever les échéances mensuelles de 295 €, à son épouse, malgré de nombreux courriers et justificatifs. Monsieur C… avait répondu par la négative à toutes les questions sur son état de santé lors de la souscription du contrat en 2016.  Le motif invoqué par la DIAC est que le médecin  traitant de Monsieur C… ne veut pas préciser sur le questionnaire médical que le décès n’est pas dû à des causes d’exclusions du contrat. Or le décès constaté par le SAMU à son domicile fait état d’une mort naturelle et  le médecin traitant n’a pas examiné Monsieur C… depuis mars 2014 et il certifie qu’il se trouvait à cette date en très bonne santé. Après un premier courrier de notre conseiller à la DIAC en septembre, la DIAC répond qu’elle va procéder à un réexamen du dossier. Il faut une relance un mois après pour que la DIAC accepte de solder le prêt pour un montant de 5364 € et de rembourser tous les prélèvements mensuels de 295 € effectués depuis avril 2017. Notre adhérente nous adresse un mail pour nous remercier de nos interventions. »


 Assurances : résiliation difficile !

Notre adhérent, Monsieur Frédéric R. rencontre des difficultés pour obtenir la résiliation de contrat d’assurance alors qu’il a fait les démarches dans les règles. Il se rapproche de nos conseillers de NYONS afin d’expliquer ses difficultés. Après différents courriers échangés avec les organismes concernés, notre adhérent nous envoie un mail pour nous remercier de notre intervention auprès d’eux. Grâce à notre efficacité, dit-il, la résiliation a été prise  en compte.


CARDIF : résiliation du contrat d’assurance

ALLIANZ continue les prélèvements malgré la fin du prêt à Monsieur S….. de Chabeuil. Ne pouvant régler lui-même ce litige, notre adhérent nous dépose son dossier. Notre conseiller litiges adresse le 10 novembre 2016 un courrier pour demander la résiliation du contrat d’assurance CARDIF, Groupe BNP PARIBAS. Dès le 7 décembre 2016, le responsable service qualité nous répond qu’il procède à la résiliation, qu’un virement de 433,19€ a été effectué le 27 octobre dernier et que notre adhérent recevra très prochainement un virement de 1371,88€ correspondant à un trop perçu en faveur de l’assuré.


FILIASSUR : démarchage téléphonique et abus de faiblesse

Madame M… de Romans a été démarchée par FILIASSUR Protection Dépendance et a signé un contrat pour ce service le 25 mai 2016. Sa fille vient nous rencontrer pour nous signaler que sa mère âgée de 87 ans a été dupée. Notre conseiller litiges adresse aussitôt un courrier à cette compagnie pour lui demander que le contrat précité soit annulé début mai pour cause d’abus de faiblesse en joignant un certificat médical. A réception du courrier, FILIASSUR nous répond par mail avoir procédé à titre exceptionnel à la résiliation du contrat depuis le 17/05/2016 en joignant un chèque de 1200,00€ pour dédommagement à notre adhérente.


Assurances obsèques

« Un commercial de APIVIA a démarché à domicile M Ch. pour lui présenter les tarifs d’une assurance mutuelle & prévoyance obsèques.

Pour notre adhérent l’entretien n’était qu’une information mais il a signé les documents présentés sans être conscient qu’il s’agissait de 2 contrats. Reçu en septembre 2015 à notre permanence, le conseiller lui a demandé de faire établir un certificat médical par son médecin traitant pour attester de son état de faiblesse et a établi le 14/09/2016 une lettre de signalement pour informer APIVIA de l’ouverture d’un dossier et notifier l’abus de faiblesse.

Sans réponse d’ APIVIA, le 18/10/2016 le conseiller fait une relance par courriel. Le 15/11/2016 APIVIA répond par courriel pour confirmer la résiliation du contrat prévoyance obsèques mais rien pour l’autre contrat mutuelle. Le 16/11/2016 le conseiller demande une confirmation de la résiliation du contrat d’assurance mutuelle. Le 17/11/2016 APIVIA répond par courriel pour confirmer l’annulation de ce contrat.»


Surconsommation liée à une fuite d’eau

Notre adhérent Mr M. a été victime d’une fuite d’eau ayant entraîné une surconsommation de plus de 900 €. Une expertise diligentée par l’assureur en a attribué la responsabilité au constructeur. L’assureur a donc remboursé notre adhérent, mais sous déduction de 500 € correspondant à la franchise stipulée dans la police. Ces 500 € devaient donc être remboursés par le constructeur lui-même. Celui-ci ne donnait pas suite aux demandes de notre adhérent, qui est venu demander notre aide. Notre conseiller après plusieurs échanges avec le constructeur l’a menacé de poursuite devant les tribunaux et obtenu ainsi le versement des 500 € à notre adhérent.


Assur O Poil : l’assureur Santé Chiens Chats

Madame T… a contracté un contrat d’assurance pour son chien Yorkshire. Le 15 septembre 2015, Assur O Poil lui adresse un courrier pour lui annoncer une augmentation en janvier 2016 du fait que par ces temps de crise il est important de pouvoir supporter les frais de vétérinaires, médicamen

ts ainsi que tous les frais de santé de plus en plus élevés Sa cotisation s’élèvera à 58,22 € au lieu de 39,10 € soit une augmentation de 49 %. Suite à deux courriers adressés par Madame T… cette compagnie d’assurance ne daigne pas lui répondre Madame T… dépose son dossier à l’une de nos permanences. Notre conseiller litiges envoie des courriers les 17/02/2016 et 23/03/2016 à la Compagnie Assur O Poil. Le 19/04/2016 notre adhérente reçoit un certificat d’adhésion pour une cotisation totale de 47,21 € à compter du 01/04/2016, Cette compagnie d’assurance a revu la cotisation à la baisse et notre adhérente est satisfaite de notre action et nous adresse tous ses remerciements.