UFC-Que Choisir de la Drôme

Députées de la Drôme

Vos Députées :

1ère circonscription –

Madame Mireille CLAPOT  –Assemblée Nationale 126, rue de l’Université 75355-  PARIS 07 SP

2ème circonscription –

Madame Alice THOUROT  –  8 Place du Théâtre  –  Bâtiment A – 3ème étage  –  26200 Montélimar

3ème circonscription

Madame Célia de  LAVERGNE  –  Assemblée Nationale  –  126, rue de l’Université  –  75355-  PARIS 07 SP

4ème circonscription  – 

Madame Emmanuelle  ANTHOINE  –  Assemblée Nationale  –  126, rue de l’Université  –  75355-  PARIS 07 SP

 

_______________________________________________

 

CORRESPONDANCES ECHANGEES AVEC NOS DEPUTEES

 

§§§§§§§§§§

Invitation par Mail de Mme Célia de LAVERGNE à une visioconférence dont le thème est :  dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets.

  Courriel original

 

REFLEXION SUR CETTE INVITATION 

Nous n’avons pas l’intention de nous inscrire à la visioconférence de Célia de LAVERGNE qui dans son intitulé privilégie un échange avec les professionnels du monde agricole et de l’agroalimentaire. Les consommateurs sont pourtant directement concernés et la députée connaît bien nos positions et nos critiques que nous lui avions fait connaître lors de la préparation de la loi EGALIM.

UFC Que-Choisir de la Drôme

 


 

NEONICOTINOÏDES

Le 19 septembre nous demandions à nos quatre députées de bien vouloir faire entendre la voix des citoyens et Associations en s’opposant à  cette grave atteinte environnementale et sanitaire,

Lire notre courrier :    Celia de LAVERGNE

Dans l’ignorance la plus totale, aucune Députée n’ a répondu à notre demande

 


 

CONSOMMATION  PLUS  SOBRE  PLUS JUSTE  ET  RESPONSABLE. 

lire le texte  :     Propo loi consommation plus sobre

Le 17/10/2020,  Proposition de loi établie par l’UFC QUE CHOISIR transmise à nos quatre Députées :

Lire la correspondance  :    Courrier députées du 16.10.2020

Une fois de plus , aucune Députée n’ a répondu à notre demande faisant fi de la règle élémentaire que se doit un élu « Ecouter, Comprendre et Agir » 

 


 

NOS RENCONTRES                 

Rencontre avec la députée Célia de Lavergne

 les associations aujourd’hui ?

La députée de la Drôme a organisé à Chabeuil, le samedi 23 mars 2019, une demi-journée d’échanges sur le secteur associatif. Environ 70 bénévoles d’associations dont 2 de l’UFC Que Choisir ont répondu à son appel.
Quelques chiffres ;

Dans la Drôme, il y a 12 000 associations enregistrées en préfecture. En France, on compte 1,3 million d’associations actives et 70 000 sont créées en moyenne chaque année. Et aujourd’hui, 1 630 400 associations employeuses comptent au total 1 844 000 salariés, ce qui représente 39,3 milliards d’euros de salaire. À cela, il faudrait ajouter la valorisation du travail effectué par 13 millions de bénévoles.

C’est dire l’extraordinaire poids économique que représente le mouvement associatif en complément des fonctions sociales, culturelles, sportives qu’il remplit au bénéfice de millions de Français et du fonctionnement démocratique de notre pays.

Nos interventions :

–  Les baisses des dons aux associations consécutives aux mesures fiscales de ce gouvernement. France Générosité, qui a une vision globale du secteur caritatif, avait constaté une « forte » baisse des dons de 6,51 % à la fin du premier semestre 2018.

Les associations et fondations victimes de cette baisse citent un principal responsable : la suppression de l’ISF, l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Certaines associations ont perdu presque 50 % de leurs « dons ISF ». Mais il y a aussi eu la hausse de la CSG pour les retraités qui sont les plus fidèles donateurs. ISF, CSG et prélèvement à la source, tout est tombé la même année pour les associations.

Aujourd’hui, ce sont 140 000 associations qui se disent « en souffrance » et considèrent leur situation « très difficile ». Alors, face à ce très sérieux problème, que comptez-vous faire ? Telle est la question posée à la député

– L’autre a porté sur les très grandes difficultés des associations à se faire entendre. Malgré leur rôle déterminant dans le fonctionnement de notre société, face au lobbying forcené exercé à tous les niveaux par les représentants des milieux économiques et financiers, le mouvement associatif qui emploie pourtant 400 000 salariés de plus que dans les secteurs des transports ou de la construction n’arrive pas à avoir l’oreille des décideurs politiques. C’est une aberration qu’il convient de corriger.

Propositions de la députée:  Après avoir apporté quelques éléments de réponse à chacun des nombreux intervenants, la députée a proposé de mettre en place 5 groupes de travail sur les thèmes suivants :1) Financement ;2) management-gestion ; 3)simplification-réglementation- démarches pour faire remonter les difficultés ; 4)statut du bénévolat ; 5)engagement associatif. Les interrogations des représentants de l’UFC Que Choisir se retrouvent dans ces thèmes.