UFC-Que Choisir de la Drôme

Alimentation, Commerce, Santé

Fièvre porcine africaine et marché de la viande

La mondialisation touche tous les aspects de la vie, et notamment le commerce agro-alimentaire, aussi on se retrouve avec des épidémies animales qui se répandent à grande vitesse et sur l’ensemble des continents, et c’est le cas de la peste porcine.

Le virus de la peste porcine africaine ne touche pas les hommes, mais les porcs et les sangliers, entrainant la mort de l’animal touché. Il n’existe pas de vaccins, et la seule solution est d’abattre les suidés dans la zone concernée par cette épizootie. Le virus est très résistant, et cela explique que qu’il se soit répandu du continent africain en Géorgie en 2007, puis à la Russie, toute l’Europe de l’Est, ensuite en Asie en 2018. Il est à nos frontières, puisque des sangliers belges ont été touchés.

La demande au niveau mondial est très forte, et les prix ont augmenté, une bonne nouvelle pour les éleveurs, les prix aux producteurs ont augmenté de 46 % en un an, mais cette augmentation a été répercutée en partie sur le prix aux consommateurs, de 6% en moyenne. Pour l’instant, l’Allemagne, qui est un gros producteur aussi, n’est pas touchée par la maladie. Si c’était le cas, tout le marché serait déséquilibré.

En Chine, cette épizootie va faire disparaitre les petits producteurs, et d’énormes élevages, aux conditions sanitaires strictes, sont en cours de réalisation.  Ces investissements, cette industrialisation va permettre à la chine d’être auto suffisante, et sans doute d’exporter dans les années futures, dans cinq à dix ans.

À terme, nos habitudes alimentaires risquent de changer, avec un report vers les volailles et une moindre consommation de viande.