UFC-Que Choisir de la Drôme

SANTE

Nouveaux patients en difficulté

Près d’un médecin généraliste sur deux refuse de nouveaux patients

Mon médecin prend sa retraite, je déménage, je cherche un nouveau médecin traitant et là commence parfois un véritable parcours du combattant. Le médecin proche de mon domicile ne prend plus de nouveaux patients, il est débordé, il va bientôt prendre sa retraite. Et j’essuie plusieurs refus avant de trouver un médecin qui m’accepte dans sa patientèle. Dans notre pays, dans une ville moyenne, je ne pensais pas rencontrer ce genre de problème.
En effet c’est un souci de plus en plus fréquent : à l’heure actuelle certains patients confrontés à cette situation peuvent même renoncer aux soins médicaux.
L’enquête inédite menée par les bénévoles de l’UFC-Que Choisir en juin dernier a permis de contacter anonymement 2770 médecins généralistes, répartis sur tout le territoire, pour savoir s’ils acceptaient de nouveaux patients en tant que médecin traitant.
Nos enquêteurs ont constaté de grands écarts entre les départements
Et de façon étonnante, cette enquête montre que les difficultés les plus grandes ne se rencontrent pas dans les déserts médicaux les plus importants. On rencontre plutôt ce problème dans la France périphérique des communes moyennes. Ainsi, un tiers des médecins refuse de prendre de nouveaux patients dans les communes de moins de 3000 habitants, ainsi que dans les communes de plus de 100 000 personnes, Mais ce refus atteint les 52 % dans les villes de 10 000 à 100 000 habitants ! Un constat qui se confirme si l’on analyse les résultats en fonction de la densité locale de médecins : les refus sont moins nombreux quand l’offre de généralistes est nettement insuffisante. Ainsi, tout se passe comme si les médecins présents dans les zones rurales, sachant que les usagers sont privés d’alternative, avaient davantage de réticence à refuser des patients, pour ne pas les laisser démunis. A l’inverse, dans les déserts médicaux des villes moyennes, la présence de confrères, bien qu’en nombre insuffisant pour répondre aux besoins de la population, semble déculpabiliser les praticiens, qui refusent plus largement de nouveaux patients.
Cette pénurie de médecins traitants menace l’accès de tous aux soins de qualité. Près d’un Français sur dix n’a pas de médecin traitant déclaré. Et cette situation est d’autant plus préoccupante que notre système de santé est organisé depuis quinze ans autour de la figure du médecin traitant. Il est appelé à gérer l’orientation des usagers dans le parcours de soin. En conséquence, ne pas avoir de médecin traitant expose les usagers à une forte pénalisation de leurs remboursements de soins ; et encore faudrait-il qu’ils soient en mesure d’en choisir un ! Cette carence est en outre le symptôme d’un problème plus large de mauvaise répartition des médecins sur le territoire du fait d’une liberté totale d’installation. Cette situation a déjà été dénoncée par l’UFC-Que Choisir, et par un nombre croissant d’acteurs tels la Cour des Comptes ou la Direction du Trésor.
C’est pourquoi l’association appelle les parlementaires à instaurer un conventionnement territorial des médecins, et demande à la Ministre de la Santé des mesures d’urgence pour garantir à chaque Français l’accès à un médecin traitant.
Par ailleurs, l’UFC-Que Choisir demande à la Ministre de la Santé de mettre fin à la pénalisation financière des usagers sans médecin traitant, devenue inique dans les nombreux territoires en pénurie de médecins, et à organiser d’urgence un système de désignation d’un médecin traitant à chaque usager qui en fera la demande.