UFC-Que Choisir de la Drôme

non classé

Coût de la vie étudiante

Les étudiants ont de la peine à assumer le coût de la vie

Pour l’année universitaire 2018-2019, selon le syndicat étudiant Unef, la note de la rentrée augmente en moyenne de 1,31 %, par rapport à l’an dernier. Après avoir perçu l’ensemble des aides possibles,le reste à charge pour un étudiant, arrondi à l’euro près, s’élève désormais à 838 € par mois en moyenne, soit une augmentation de 130€ par rapport à l’an dernier.

La hausse du coût de la vie pour les étudiants est notamment due au prix du logement qui, depuis plusieurs années, représente plus de la moitié de leurs revenus. En 2018, plusieurs villes universitaires voient les loyers des petites surfaces s’envoler. À Lyon, ville universitaire qui accueille une partie de nos étudiants DrômArdéchois, les loyers ont augmenté de 2,85 % .Le prix des transports pèse également dans le budget des étudiants. 10 agglomérations (en incluant l’Ile-de-France) mettent en place des tarifs au-dessus de la moyenne nationale. À Tours, Rennes, Lyon, Dijon et Lille, le forfait étudiant avoisine ou dépasse les 300 euros.

Pour financer leur formation, les étudiants n’ont que deux choix : compter sur l’aide parentale ou se tourner vers le salariat étudiant. Or, la crise financière ayant rendu la solidarité familiale difficile, près de la moitié des étudiants  sont contraints de travailler en parallèle de leurs études, ce qui est la première cause d’échec à l’université, rappelle l’Unef. En plus d’être facteur d’échec, le salariat a un impact négatif sur la santé des étudiants.

Pour faire face à l’échec et à l’abandon universitaire, et permettre aux étudiants d’étudier dans de bonnes conditions, nous soutenons l’Unef qui réclame notamment la revalorisation de 20 % des bourses et des APL et la construction de 60 000 logements étudiants .