UFC-Que Choisir de la Drôme

Automobile, Bien-être, Drôme, Energies, Environnement, Santé

changement climatique

 

Le changement climatique : quel impact sur la qualité de l’air ?

Le changement climatique et son impact sur la qualité de l’air sont intimement liés. La hausse des températures fait augmenter la pollution de l’air et les baisses d’émission de matières polluantes, bien réelles en Europe, ne font, au mieux, que compenser la pénalité climatique. Les rapports présentés par les représentants d’Atmo, de l’Agence Régionale de Santé et de l’Ineris lors du Comité territorial Atmo Drôme-Ardèche du 11 septembre 2017 portaient sur l’évolution du changement climatique et ses conséquences sur la santé, l’économie, le tourisme, la biodiversité et le rendement agricole avec deux points particuliers : la pollution par l’ozone et le développement de l’ambroisie.

L’ozone (O3) : Cette molécule fortement oxydante dégrade, dans les basses couches de l’atmosphère, la matière organique et nuit au bon fonctionnement du vivant. C’est un polluant secondaire qui est le résultat de la combinaison des oxydes d’azote (NOx) et des composés organiques volatils (COV) activée par le rayonnement solaire: NOx+COV=O3.

À noter que le dioxyde d’azote (NO2) polluant primaire très lié au trafic routier peut être élevé dans la vallée du Rhône et dépasser les limites réglementaires. Le niveau d’ozone atteint des niveaux préoccupants en Drôme-Ardèche qui constituent les territoires les plus exposés de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. 491000 personnes, soit 60% de la population de nos deux départements sont exposées à l’ozone et sur 900 km2 du territoire drômois, soit 75% de la surface, il y a dépassement des niveaux réglementaires. Et si on constate une diminution des pics d’ozone, résultant notamment des limitations de vitesse sur le réseau routier, l’augmentation des moyennes en ozone, elle, a été de 4% entre 2007 et 2016.

L’impact sanitaire de l’ozone est particulièrement important. L’ozone peut provoquer une réaction inflammatoire des bronches et entraîner des lésions du tissu pulmonaire. Son inhalation peut entraîner un certain nombre d’effets sur la santé qui sont observés dans de larges portions de la population. Les symptômes respiratoires peuvent inclure : toux et irritation de la gorge, du nez et des yeux. En plus de ces symptômes, les résultats d’études épidémiologiques indiquent que des concentrations journalières élevées d’ozone sont associées à une augmentation de crises d’asthme, d’admissions hospitalières pour causes respiratoires et cardiovasculaires et peuvent conduire à un excès de mortalité. De nouvelles études de suivi de l’exposition à long terme à l’ozone ont par ailleurs montré le rôle de ce polluant sur les nouveaux cas d’asthme et sur la sévérité de la maladie. L’ozone pourrait également induire des troubles de la reproduction et du développement. En France, l’exposition chronique à l’ozone, selon la dernière publication de Santé Publique France serait responsable de près de 500 décès pour causes respiratoires, chaque année.

Développement de l’ambroisie : C’est une véritable calamité dans le département de la Drôme. Le réchauffement climatique favorable à la pollinisation et au développement de cette plante dont l’impact sanitaire en terme d’allergie pourrait doubler d’ici 2050, impose la prise de mesures rigoureuses pour éviter sa diffusion